Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 16:30

L’apostrophe en question dans les noms de rues en Angleterre

 

   « Touche pas à mon apostrophe ! Gros feutre à la main et orthographe en bandoulière, les amoureux du verbe sont entrés en guérilla grammaticale contre la décision prise par des dizaines de municipalités britanniques de supprimer la ponctuation dans les nouveaux noms de rue. »

   L’apostrophe ne fait pas partie des signes de ponctuation, même selon le sens en anglais de ces mots. (La confusion se trouve aussi dans la citation suivante.)

 

   « La vénérable cité universitaire de Cambridge est encore sous le choc après "l'acte de vandalisme" causé en début d'année par son conseil municipal, déterminé à se passer des apostrophes et autres signes de ponctuation.

Comme elle, des dizaines d'autres mairies préfèrent désormais Kings Road à King's Road. »

   • Dans la dernière phrase, « comme elle » et « autres » font pléonasme. Il faut enlever l’un ou l’autre.

   • Ce n’est pas « comme elle » qu’il faut dire, mais, selon le sens : comme lui (comme « son conseil municipal ») : la cité universitaire est pour le maintien de l’apostrophe ; le conseil municpal est contre.

 

   « Les apostrophes dans les noms de rue font polémique en Angleterre. »

   Comme il y a une rue par nom : les noms de rues. Si noms est au pluriel, le complément aussi (des noms d'animaux, de personnes, de villes, etc.) quand, pour ainsi dire, il y a un complément distinct par nom. Par contre : des noms d'emprunt, de famille, de baptême... (Quand le complément est qualifié, il peut être au singulier, parce qu'il exprime une qualité et non des éléments particuliers dénombrables : des noms de ville allemands.)

 

   « […] une adolescente, décédée d'une crise d'asthme parce que l'ambulance s'était rendue à la mauvaise adresse. »

   Attention au choix du déterminant : s’il n’y avait qu’une bonne adresse, il y en avait plusieurs de fausses (toutes les autres !). Article indéfini. Elle s’était rendue à une mauvaise adresse.

 

   Pour en finir avec la page 2, encore un problème de localisation : « Entrés en rébellion, plusieurs d'entre eux ont donc sorti le feutre noir pour aller, la nuit, remettre l'apostrophe à l'endroit sur les plaques de rue, quitte à parfois s'emmêler les pinceaux et à en ajouter là où la grammaire ne l'imposait pas. »

   Dire « à l’endroit » sans compléter le nom (par un adjectif, un nom, une relative…) n’apprend rien ! Remettre l’apostrophe à l’endroit voulu, à sa place…

Partager cet article

Repost 0
Published by Gildas Tromeur
commenter cet article

commentaires

JEAN-CLAUDE MILLIEZ 28/03/2014 18:55

"par contre" ou "en revanche" ?

JEAN-CLAUDE MILLIEZ 29/03/2014 11:56

Merci pour la précision.

Gildas 29/03/2014 11:43

J'ai trouvé ici
http://www.langue-fr.net/spip.php?article71
la citation exacte :
« Trouveriez-vous décent qu’une femme vous dise : "Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre ; en revanche, j’y ai perdu mes deux fils" ? »

Gildas 29/03/2014 11:18

Gide défendait le "par contre", trouvant "en revanche" gênant dans certains cas, comme agressif. « Mon aîné est mort à la guerre ; en revanche, mon puîné va très bien ! »

Présentation

  • : Nord LittÉral - La faute de la page 2 (ou 1) - Gildas Tromeur - Depuis 2008.
  • Nord LittÉral - La faute de la page 2 (ou 1) - Gildas Tromeur - Depuis 2008.
  • : 1 jour, 1 journal, 1 page, au moins 1 faute corrigée !
  • Contact

Légende

Les citations du journal sont copiées entre guillemets en caractères noirs et gras :

« Citation »

• Mes propos sont en gris. La correction proposée est en caractères verts et gras.

Recherche Mot Clé...

Archives