Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 10:55
Les fautes de l’édito du supplém. au “Calais Mag” n° 128

~

 

 

Rien de grave. 

 

 

Une faute d’orthographe :

 

Lignes 37 et 38 : « […] et ce pour la 8ème année consécutive. »

Cette abréviation fantaisiste de l’adjectif numéral ordinal est fautive. Les abréviations correctes sont : 1er, 1re, 2e, 3e, 8e, etc. – Mais il n’y avait pas lieu ici d’abréger !

 

 

Deux accords à revoir :

 

Ligne 12 : « Ainsi, c’est près d’un million d’euros qui a été mobilisé ».

« Un million de » a ici une valeur de déterminant (1 000 000) : l’accord par syllepse s’impose : un million d’euros ont été mobilisés. (Il est d’autant plus fâcheux de prendre « million » comme sujet qu’il est mis en question par « près de ».)

 

Lignes 20 à 22 : « Ainsi, et afin de répondre présents face à la crise sanitaire et économique sans précédent, nous poursuivons plus que jamais notre stratégie ».

Répondre présent est une locution (qui a normalement, comme ici, un sens figuré : il ne s’agit pas d’être présent physiquement) qu’il convient de considérer comme figée : il est logique de ne pas accorder, même si, au sens propre, une fille, à l’appel, pourra répondre « présente ! » Nous avons répondu présent.

 

 

Un pléonasme :

 

Lignes 3 et 4 : « […] permettant ainsi la mise en œuvre concrète des politiques publiques ».

L’idée de « concrète » est déjà dans « mise en œuvre » : cette redondance rend l’adjectif superflu. La mise en œuvre des politiques suffit !

 

 

Deux petites maladresses de construction :

 

1) Lignes 17 et 18 : « Cela est permis grâce à une gestion rigoureuse ».

Il y a deux raisons de construire avec la préposition par, et non grâce à. « Permis » n’est pas un adjectif, mais un participe passé : c’est donc un passif, qui fait de « une gestion rigoureuse » son complément d’agent. D’autre part, « permis » + « grâce à » créent une redondance de sens. Cela est permis par une gestion rigoureuse. Ou : Cela est possible grâce à une gestion rigoureuse.

 

2) Lignes 6 et 7 : « Cette année plus que n’importe quelle autre, notre budget a été chamboulé ».

Dans ce début de phrase (qui laisse entendre que le budget est plus ou moins chamboulé tous les ans), « cette année » est employé sans préposition pour la raison que c’est un complément circonstanciel de temps : inutile (ce serait même regrettable) de dire par exemple : Durant cette année.

Mais ce n’est pas le cas de « n’importe quelle autre », qui nécessite donc une préposition. Certes, ce serait lourd de dire : Cette année plus que lors de n’importe quelle autre (mais ce serait correct). Tournons autrement. Cette année particulièrement, notre budget a été bousculé.

 

 

Supplément au Calais Mag n° 128 de septembre 2020, page 2

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : La faute de l'édito de la maire & Nord LittÉral - La faute de la page 2 - Depuis 2008.
  • : 1 jour, 1 journal, 1 page, au moins 1 faute corrigée !
  • Contact

Légende

Les citations du journal sont copiées entre guillemets en caractères noirs et gras :

« Citation »

• Mes propos sont en gris. La correction proposée est en caractères verts et gras.

Recherche Mot Clé...