Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2021 7 09 /05 /mai /2021 07:00
Les fautes de l’édito du “Calais Mag” n° 136 (mai 2021)

 

 

 

 

Rien de grave.

 

 

Deux fautes d’accord :

 

1) Ligne 21 : « La poursuite d'actions […] relatives aux voiries. »

Voirie a deux sens : 1) “Ensemble des voies” (c'est apparemment le cas ici) ; 2) “département administratif qui s’occupe des voies”. Dans les deux cas, le mot doit se trouver au singulier dans cette phrase. La poursuite d’actions relatives à la voirie.

 

2) Lignes 31 et 32 : « J'ai demandé que soit imaginé un grand nombre de rendez-vous festifs. »

Si « soit imaginé » s'accorde avec « nombre », c'est que c'est celui-ci qui est imaginé. Ce serait alors un travail de mathématicien ! Non, il faut considérer la locution « un grand nombre de » comme un déterminant pluriel, et accorder par syllepse (selon le sens et non la stricte grammaire) le verbe passif avec son sujet réel « rendez-vous festifs ». J'ai demandé que soient imaginés un grand nombre de rendez-vous.

 

 

Huit fautes de construction :

 

1) Lignes 1 et 2 : « L'évolution de la crise sanitaire en France confirme, comme je ne cesse de le répéter, que la vaccination est la réponse la plus efficace […] »

L’incise est mal placée, compte tenu de ce à quoi renvoie « le ».  Elle confirme que la vaccination est, comme je ne cesse de le répéter, la réponse la plus efficace… (On peut tout aussi bien la placer après « que ».)

 

2) Lignes 4 et 5 : « La circulation du virus […] et de ses variants n’autorise en effet aucun relâchement. »

« En effet » étant un adverbe de liaison qui connecte logiquement cette phrase à précédente, sa place naturelle serait, pour plus de clarté, entre les deux ; autrement dit, au début de celle-ci. En effet, la circulation du virus n’autorise…

 

3) Lignes 7 et 8 : « Il s’agit là […] d'un élément déterminant dans notre combat pour […] »

Erreur dans le choix de la préposition. Un élément déterminant de notre combat.

 

4) Lignes 10 et 11 : « J’ai considéré que les circonstances imposaient d’agir aussi pour accompagner les artisans et commerçants […] »

En l’absence de précision (sur la façon d’agir, par exemple), « agir […] pour » est inutile. Les circonstances imposaient (aussi) d’accompagner…

 

5) Lignes 15 et 16 : « Ce dispositif […] permettra de soutenir le tissu économique et préservant le pouvoir d'achat. »

On coordonne des mots ou groupes de mots de même nature ; et non, comme ici, un verbe conjugué à un mode personnel (« permettra ») et un participe présent (« préservant »). Ce dispositif permettra de soutenir le tissu économique, et préservera le pouvoir d’achat.

 

6) Lignes 21 et 22 : « La poursuite d’actions […] relatives aux voiries, à l’éclairage public ou aux espaces verts. »

Plutôt que le ou inclusif, on attendait ici la coordination et. On pourra peut-être rendre le sens recherché avec aussi bien que. Et aux espaces verts / aussi bien qu’aux espaces verts.

 

7) Ligne 28 : « Dès cet été, je vous invite tous à profiter pleinement d’un cadre de vie très agréable. »

On ne saurait dire au printemps “dès cet été je vous invite” ! C’est-à-dire que « dès cet été » est complément de « profiter » (et non de « invite »), et doit donc être placé dans la phrase en tant que tel. Je vous invite à profiter dès cet été de... (Ou, si on veut : Je vous invite déjà à profiter...)

 

8) Ligne 32 : « Un grand nombre de rendez-vous festifs, surprenants et inédits. »

Erreur d’ordre stylistique. Il convient de ranger ces adjectifs dans un ordre croissant sémantiquement (gradation). Après « surprenant », « inédit », qui du coup va de soi, n'apporte pas grand-chose ; alors que ce qui est inédit n'est pas forcément surprenant. Des rendez-vous festifs, inédits et surprenants.

 

 

Six fautes de vocabulaire :

 

1) Lignes 2 et 3 : « La progression de l’épidémie »

On parle d’épidémie quand la maladie qui se répand est toutefois circonscrite à une population donnée, à une certaine région. Ce n’est, hélas ! pas le cas. Le développement de la pandémie.

 

2) Lignes 4 et 5 : « La circulation toujours trop active du virus. »

« Active » convient mal pour qualifier « circulation ». Il faut se résoudre à employer un terme vague : la circulation toujours trop importante du virus.

 

3) Lignes 20 et 21 : « Ce budget conjugue ainsi un niveau d’investissements élevé et la poursuite d'actions de proximité et de vie quotidienne. »

On voit mal ce que signifie ici « de vie quotidienne », voire « de proximité ». Ces actions s’opposant à « un niveau d'investissement élevé », on pourra peut-être les qualifier de : modestes, plus prosaïques...

 

4) Ligne 23 : « En matière de travaux et de grands projets, nos actions se concrétisent aussi. »

Le verbe « se concrétisent » (qui est employé sans complément) est mal choisi. On peut dire que des projets se concrétisent (se réalisent) ; mais des actions, c’est déjà du concret ! Pourquoi pas : Nos projets de grands travaux se concrétisent aussi ?

 

5) Lignes 24 à 27 : « Dans quelques semaines […] vous pourrez ainsi découvrir notre station balnéaire totalement remodelée. Conformément à mon ambition, Calais LA Plage sera désormais le symbole d’une reconquête […] ».

Désormais signifie, comme dorénavant : “à partir de maintenant”. On ne peut donc pas dire au futur “Ce sera désormais le symbole”. Calais LA Plage deviendra alors le symbole… / (sera alors, et pour longtemps, le symbole…)

 

6) Lignes 33 et 34 : « Sur l’ensemble de la ville, à la plage et au travers de “Calais anime les quartiers”, l’idée est de rythmer un été qui […] ».

La locution prépositive au travers de, péjorative, ne convient pas. Elle est normalement suivie de quelque chose de négatif (“au travers de difficultés”). On préférerait ici, sans fausse élégance, à travers. Mais cette préposition, de par son sens, n’est pas encore celle qui convient dans ce contexte. Je propose : Par l'entremise de “Calais anime les quartiers”.

 

 

Une minuscule faute d’orthographe :

 

Ligne 6 : « Les plus hautes instances de l'Etat ».

Depuis que l’informatique le permet facilement, l’usage est clairement d’accentuer les majuscules. Les instances de l’État.

 

 

Quatre fautes de ponctuation :

 

La virgule est inutile pour simplement séparer du reste de la phrase un complément de temps :

1) Ligne 10 : « Dans l'immédiat, j'ai considéré […] ».

2) Lignes 14 et 15 : « Cette année encore, ce dispositif […] ».

3) Ligne 19 : « Cette année encore, la solidité […] ».

 

4) Ligne13 : « Mon shopping c’est Calais ».

Quand un pronom est inutile pour le sens, mais joue un rôle stylistique d’insistance, il doit être séparé par une virgule de ce qu’il représente dans la même phrase. Les raviolis en boîte, je déteste ça / je les déteste. Il déteste les raviolis en boîte, ce gastronome. Cette version, c’est la vérité. (Sans insistance : Je déteste les raviolis en boîte ; ce gastronome déteste les raviolis en boîte ; cette version est la vérité.) Mon shopping, c'est Calais.

 

 

Calais Mag n° 136 de mai 2021, page 3

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : La faute de l'édito de la maire & Nord LittÉral - La faute de la page 2 - Depuis 2008.
  • : 1 jour, 1 journal, 1 page, au moins 1 faute corrigée !
  • Contact

Légende

Les citations du journal sont copiées entre guillemets en caractères noirs et gras :

« Citation »

• Mes propos sont en gris. La correction proposée est en caractères verts et gras.

Recherche Mot Clé...