Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 11:49

   « "Ne reste pas en retrait, Jocelyne il faut qu’on te voit !" indique-t-il.»

 

   L’appellatif « Jocelyne », qui sert à l’interpel-lation (cf. le cas vocatif), devrait être entre virgules.

   C’est le subjonctif qui convient après il faut que. Il y a confusion, ici, entre les conjugaisons de l’indicatif et du subjonctif. Comparons :

   Indicatif :

Je vois

Tu vois

Il voit

Nous voyons

Vous voyez

Ils voient

   Subjonctif :

Que je voie

Que tu voies

Qu'on te voie

Que nous voyions

Que vous voyiez

Qu’ils voient

 

   « Il faut aussi prendre en compte les éclairages, "qui donnent toujours leurs valeurs aux décors". »  Chaque décor a la sienne : on préférera le singulier : qui donnent toujours leur valeur aux décors, ou, peut-être mieux : qui mettent toujours en valeur les décors.

 

     Pour en finir avec la page 2 : « Tous les soirs, la troupe répète d’arrache-pied, scène par scène les sketches de « J’n’arviens pon". » Virgule après « scène par scène », titre en italiques, sans guillemets, point d’exclamation à la fin, sans oublier le E de ej’ : Ej’ n’arviens pon !

Partager cet article

Repost 0
Published by Saint Roch - dans La faute de la page 2
commenter cet article

commentaires

Hurlot 07/03/2009 05:24

Parce qu'en plus, Monsieur Roch, vous êtes polyglotte ?

Présentation

  • : Nord LittÉral - La faute de la page 2 (ou 1) - Gildas Tromeur - Depuis 2008.
  • Nord LittÉral - La faute de la page 2 (ou 1) - Gildas Tromeur - Depuis 2008.
  • : 1 jour, 1 journal, 1 page, au moins 1 faute corrigée !
  • Contact

Légende

Les citations du journal sont copiées entre guillemets en caractères noirs et gras :

« Citation »

• Mes propos sont en gris. La correction proposée est en caractères verts et gras.

Recherche Mot Clé...

Archives