Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 10:53

Une catapulte à Montreuil-sur-Mer

Tournage d’un film à Berck-sur-Mer

 

   « Le principe est simple, une fois armé, la partie courte du levier est tirée par deux ou quatre personnes. »

   • Il faut une ponctuation plus forte après « simple » ; un deux-points, par exemple.

   • Ainsi construit, « armé » doit s’accorder avec « partie » (et non avec « levier », ni « engin » dans la phrase précédente). Une fois l’engin armé, une fois qu’il a été armé. Ou : une fois armée, la partie courte du levier…

 

   « […] Alain G.,, l'adjoint à la culture, qui a rappelé, les nombreux tournages ayant déjà eu lieu à Berck et surtout ceux à venir grâce à la conviction qui sera bientôt signée avec Pictanovo. »

   • Une seule virgule après le nom propre, et aucune après « rappelé » : pas de virgule unique entre un verbe (« a rappelé ») et son C.O.D. (« tournages », « ceux »).

   • Le terme « conviction » semble mal employé. Il s’agissait plus vraisemblablement d’une convention.

 

   « On fait basculer la longue poutre avant de placer dans une petite nacelle le boulet, qui, sécurité oblige) est ici un ballon rempli d'au. »

   • Placer le groupe « sécurité oblige » soit entre deux virgules, soit entre deux parenthèses, soit entre deux tirets : deux mêmes signes.

   • N’oublions pas l’e de l’eau.

 

   Pour en finir avec la page 2, une autre faute de frappe : « Car tout va être relooké su l'esplanade qui sera fermée à la circulation une bonne quinzaine de jours. »

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 11:32

Miss Montreuil sur le Tour de France

Une compagnie boulonnaise à Avignon

 

   « Ines Nyaadanu, Miss Montreuil 2011, participera à son second Tour de France » « Inès Nyadanu n'a que 24 ans. »

   Deux façons d’écrire son prénom et son nom ; une seule, naturellement, est correcte. Accent sur le prénom ; pas de double a au nom. Inès Nyadanu.

 

   « Ce n'est pas sur un vélo bien sûr que la jeune femme franchira les vingt étapes de la Grande Boucle. »

   Dans le contexte (vu le sens de étape), « franchira » n’est pas très heureux. Ce n’est pas à vélo que la jeune femme parcourra les vingt étapes.

 

   « La troupe du Rollmops Théâtre partira à Avignon du 1er au 31 juillet. »

   Partir est un verbe perfectif : c’est une action qu’on ne peut pas prolonger ; le fait de partir n’a pas de durée. On part à une date, mais on reste, on est, on joue, etc. sur une durée. Comparons : La troupe partira à Avignon le 1er juillet. Et : La troupe sera à Avignon du 1er au 31 juillet.

 

   « Pour ceux qui souhaitent voir la pièce, quelques impros des ateliers théâtre et participer à la dernière soirée avant Avignon et avant travaux […] »

   Il faudrait une virgule avant « et participer », pour couper cet infinitif de l’énumération des compléments du précédent infinitif (« voir »), auquel il est coordonné.

 

   Pour en finir avec la page 2, une expression plutôt absconse : « "Rencontrer un public différent, c'est bien aussi. On avait envie de recommencer l'expérience, aller voir ce qui se passe ailleurs et avoir une objectivité encore plus forte de la part des spectateurs." »

   « Avoir une objectivité encore plus forte de la part des spectateurs. » « De la part des spectateurs. » Quelque chose ne va vraiment pas. Le sens attendu est peut-être : Avoir une vision encore plus objective des spectateurs.

                                                                        

   Labels : Accords, Ponctuation.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 14:44

Opération "Au boulot à vélo" à Dunkerque

 

   « Avec l'intégration du vélo en libre service en septembre, il est à parier que les Dunkerquois seront encore plus réceptifs à l'invitation. »

   • Toujours un trait d’union à libre-service. Pluriel : des libres-services (mais : des libre-échanges.)

   • Le choix de « intégration » ne me semble pas très heureux. L’instauration, l’établissement, l’installation, l’offre… ?

 

   « "Les itinéraires sont construits en fonction des participants." »

   « Construits » est un peu trop concret ici (où il ne peut pas avoir le sens qu’il prend en géométrie : construire un triangle…). Les itinéraires sont élaborés, imaginés, dessinés, concoctés, pensés, organisés, constitués en fonction des participants.

 

   Pour en finir avec la page 2, la légende : « Tous les ans, à l’occasion de la première journée des deux jours, le groupe est accueilli à la mairie de Dunkerque pour une petite collation. »

   « La première journée des deux jours ». Le tour est fâcheux, car il cherche à éviter une répétition sans y parvenir, et fait passer jour et journée pour synonymes, ce qui n’est pas exactement le cas, le suffixe –ée apportant la notion de durée (comparons : matin, matinée ; nuit, nuitée ; soir, soirée ; an, année). Tous les ans, à l’occasion de la première des deux journées… Tous les ans, à l’occasion de la première journée des deux (prévues).

                                                                        

   Labels : Accords, Construction, Ponctuation.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 16:42

À Dunkerque, la Cud achète les locaux de Green Sofa

 

   « "Je le répète, c'est une étape très encourageante, mais pas définitive", prévient Jean-Charles P., prudent. Tout comme Marie-Andrée L., qui reçoit la bonne nouvelle pondérément. "Ikéa a du temps pour faire appel et aller en cassation". »

   • Le mot « pondérément » est attesté par très peu de dictionnaires, mais peu importe : c’est pour le sens que je l’ai relevé : il me paraît mal employé. On peut dire qu’une personne agit, parle avec pondération (pondérément). On peut dire qu’on réagit pondérément à une nouvelle, mais non qu’on la reçoit pondérément. Qui reçoit la bonne nouvelle prudemment, avec réserve, circonspection, précaution, attention…

   • Pas d’accent à Ikea. Il s’agit de l’acronyme de "Ingvar Kamprad Elmtaryd Agunnaryd". Elmtaryd est le nom de la ferme où a grandi le fondateur d’Ikea, Ingvar Kamprad, dans le petit village suédois d’Agunnaryd.

 

   « […] puisqu'1,2 million aura déjà été versé. »

   Pas d’élision devant un chiffre arabe. Puisque 1,2 million… Même écrit en lettres, l’apostrophe (l’élision) ne va pas de soi devant un, notamment quand on insiste sur sa valeur numérique (contextes scientifique, économique, etc.) Comparons : Elle le regarda d’un air attendri ; une population de un million d’habitants, une contenance de un litre et demi. De même, pas d’élision devant huit ni onze. Et, tant qu’on y est : pas d’élision ni de liaison devant les h "aspirés", ni devant : onze, yaourt, yole, yacht, yoga, oui, ouate, etc. Ex. : Le yaourt, les yaourts (sans liaison). Enfin, pas de dévocalisation du l devant ces mots commençant pourtant par une voyelle. Ex : un beau yucca, et non *un bel yucca.

 

   « Une entreprise belge et une régionale s'étaient fait connaître, mais, là aussi, n'ont pas donné suite. »

   S’agissant d’une négation, on attendait, au lieu de « là aussi » : là non plus. Mais il reste un problème : à cause de cette incise qui ne concerne plus seulement les deux premiers sujets, il faut un sujet exprimé au deuxième verbe : elles n’ont pas donné suite. On peut faire plus simple en combinant les deux corrections : Mais elles non plus n’ont pas donné de suite.  

 

   Pour en finir avec la page 2, une phrase qui, sur la fin, manque de construction : « "Pour moi, ce sera définitif une fois passé le délai de recours ou passé le jugement définitif Ikéa fait appel." […] »

   Veut-on dire à la fin : quand Ikea aura fait appel (ou, au futur antérieur surcomposé : quand Ikea aura eu fait appel) ?

                                                                        

   Label : Accords.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 10:33

Une éolienne à voiles à Grande-Synthe

 

   « Grande-Synthe s'offre une éolienne à voile »

   Pour les bateaux, la règle est claire : s à voile, sauf cas d’embarcation à une seule voile. Un bateau à voiles. La logique veut que le mot soit au pluriel ici aussi : l’éolienne en a plusieurs, et on ne dit pas *"de la voile" comme on dit "de l’eau" (cf. "moulin à eau", au singulier). Une éolienne à voiles. D’ailleurs, le pluriel est répandu. On le trouve par exemple ici.

 

   « […] des industriels qui veulent produire l'électricité pour la revendre. »

   Revendre signifie : "vendre à nouveau" ; autant dire, si on est honnête : "vendre ce qu’on a acheté". On ne saurait donc revendre ce qu’on vient de produire soi-même. Des industriels qui veulent produire de l’électricité pour la vendre.

 

   Pour en finir avec la page 2, encore un peu de vocabulaire : « Curieux mât vertical bardé de focs qui se déploient selon la vitesse du vent […] »

   C’est pour « barder ». Le mot signifie : "(re)couvrir" (d’un tissu, d’un vêtement, d’une mince tranche de lard, d’une feuille de métal, – ou, pour un cheval, d’une barde). Or, les voiles ne sont pas "plaquées" sur le mât. Curieux mât flanqué, orné, paré de focs.

                                                                        

   Labels : Construction, Orthographe, Ponctuation.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:56

Mauvaises récoltes prévues dans le Boulonnais

 

   « Sur plus d'une parcelle, il a dû ressemer une dizaine d' hectares suite à une mauvaise germinaison et au grain qui a pourri dans des sols gorgés d'eau. »

   • Pas d’espace après l’apostrophe : d’hectares. • Éviter de dire  *"ressemer des hectares" ; mais : réensemencer. • Germinaison n’est pas usité ; on parle de : germination.

 

   « Cette année, certaines parcelles de blé semées après les betteraves ont pourri sur pied. »

   • De même, le blé est semé, mais les parcelles sont ensemencées. • Et les parcelles n’ont pas « pourri sur pied » ; c’est le blé. Cette année, sur certaines parcelles, le blé semé après les betteraves a pourri sur pied.

 

   « Une incidence sur le porte monnaie du consommateur. »

   Avec un trait d’union ou (depuis la réforme) en un seul tenant. Attention à l’accord : le porte-monnaie, les porte-monnaie, le portemonnaie, les portemonnaies.

 

   « Certains agriculteurs ont multiplié par trois le coût à l'hectare... ce qui laisse probablement augurer une d'augmentation. »

   Éviter de construire *augurer de. Surtout pas : *augurer une de. Ce qui laisse augurer une augmentation.

 

   « Les agriculteurs du Boulonnais n’ont pas été épargnés par le climat depuis le début de 2013. »

   Un climat est l’ensemble des conditions atmosphériques habituelles propres à une zone géographique donnée. Il s’agit ici tout simplement du temps. Ils n’ont pas été épargnés par le temps depuis le début de 2013.

 

   « Sauf que cette année, l'accumulation du mauvais temps dure depuis trop longtemps. »

   « L’accumulation du mauvais temps » est maladroit. L’accumulation des intempéries, ou, à la rigueur : l’accumulation de mauvais temps.

 

   « 2013 risque d'être une année qui marque l'esprit des professionnels de la terre... et pas dans le bon sens, malheureusement. »

   Le sens attendu nécessitait le futur : 2013 risque d’être une année qui marquera les esprits.

 

   « Ce printemps aux couleurs d'autome. » « Si le prix des matières premières flambe, le produit fini augcmentera lui aussi. » « "Ce qui n'était absolument pas prévu à la bas. »

   • Plusieurs fautes de frappe : automne, augmentera, à la base. • Dans la deuxième citation, on ne voulait pas dire que « le produit » augmentera, mais son prix. Si le prix des matières premières flambe, celui du produit fini augmentera aussi.

 

   Pour en finir avec la page 2, une phrase difficilement compréhensible : « Le coût de revient sera multiplié par deux , du fait d'avoir ressemé les récoltes par deux fois. »

   • Pas d’espace avant la virgule. • « Avoir ressemé les récoltes » est énigmatique !

                                                                        

   Label : Accords.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 09:34

Mariage et handicap mental à Rosendaël

 

   « "Ce n'était pas à elle de payer et pourtant, elle a tout assumé", insiste celui qui a pris sous son aile, l'ancienne épouse "d'un ami de 17 ans". »

   • La virgule après « son aile » est fautive et, je trouve, nuit à la lecture. (Elle aurait pu être justifiée si nous avions eu : "celui qu’il a pris sous son aile" ou "celui qui l’a pris sous son aile".) Pas de virgule unique entre un verbe et son complément d’objet. […] insiste celui qui a pris sous son aile l’ancienne épouse… • Dans le propos cité, la virgule devait être avant « et », ou nulle part.

 

   « "Moi, jamais on ne me mettra sous curatelle. Pas de tuteur, rien de tout ça", proteste Muriel qui sait bien que le problème est bien plus aigu […] »

   Quand une relative peut être supprimée sans que cela nuise à l’identification de l’antécédent, il faut mettre une virgule avant le pronom relatif. Ici, la relative ne sert pas à définir « Muriel ». […] proteste Muriel, qui sait bien que le problème est plus aigu. On pourrait mettre entre parenthèses ces propositions relatives qui nécessitent une virgule, qui ne déterminent pas l’antécédent, mais ajoutent une information.

 

   « Évidemment, dans le secret de notre rencontre, ils n'ont pas hésité à remettre en cause la curatelle forcée dont Denise fait l'objet. »

   Hum… vu les révélations qui suivent, le mot « secret » convient-il encore vraiment ? On pourrait dire : dans l’intimité de notre rencontre.

 

   Pour en finir avec la page 2, une négation : « Une autorité qui, après avoir vu toutes les parties, le couple et la curatrice, décidera alors de permettre ou pas cette union. »

   Pas de faute ici (le « alors » est insistant, disons, plutôt que redondant). Mais ce « ou pas » est plus familier que : ou non. (Sans compter qu’il rappelle l’énervant "– Ou pas !" adolescent, fustigé dans cette vidéo de Norman !)

                                                                        

   Labels : Vocabulaire, Accords, Construction, Orthographe.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 13:33

Concert gratuit de Michel Fugain à Dunkerque

 

   « Michel Fugain, comment allez-vous ?

   "Excessivement bien !" »

   « "Ce sera un truc excessivement humain" »

   C’est pour « excessivement ». On aurait pu prendre le premier pour un trait d’humour, mais le deuxième aussi est mal employé. Le mot a un sens péjoratif ; il signifie "trop". Le chanteur voulait sans doute dire : extrêmement.

 

   « "Et c'est passionnant ce que l'on fait." » Segmentation de la phrase : virgule avant « ce qu’on fait » (qui est représenté par « c’ »).

 

   « "Et cela nous a confortés dans notre idée de belle bande de musiciens." » Il manque quelque chose, tandis que « notre » fait pléonasme, genre : *"j’ai mal à ma tête". Cela nous a confortés dans l’idée d’être une belle bande de musiciens.

 

   « Certains estiment même que  vous devriez être remboursé par la Sécu... Quel effet cela vous fait ? (rires). » La phrase précédente étant terminée, majuscule à Rires.

 

   Pour en finir avec la page 2, une veuve. En typographie, une veuve est la dernière ligne d’un paragraphe isolée en haut de page ou de colonne, le reste se trouvant en bas de la page ou de la colonne précédente. Voir notre illustration, facsimilé d’un extrait de cette page 2. (Inversement, une orpheline est la première ligne d’un paragraphe se trouvant seule en bas de page ou de colonne, le reste du paragraphe se trouvant en haut de la page ou de la colonne suivante.) C’est d’autant plus gênant ici que ce qui est rejeté à la colonne suivante n’est même pas un mot, mais un morceau (de « populaire », qu’on ne peut pas couper à cet endroit).

                                                                        

   Label : Accords.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 16:22

La qualité des eaux sur le littoral

 

   « Pour exemple, si ces normes avaient été prises en compte 2013, 23 plages auraient été en qualité excellente et 4 en qualité insuffisante. » Certains noms peuvent être employés comme compléments circonstanciels de temps sans préposition (ce qui n’est pas ordinaire pour des c.c.). Je viendrai jeudi, le lendemain, un jour, le mois prochain, cet été… Mais pas les années. Si ces normes avaient été prises en compte en 2013.

 

   « […] le but sera d'aider au mieux les zones "mauvaises élèves" comme le Boulonnais. Gestion des eaux de temps de pluie, amélioration du fonctionnement des réseaux existants […] » On pourrait hésiter dans la compréhension de « eaux de temps de pluie » : parle-t-on de l’eau de pluie, ou de l’eau de mer quand il pleut ? S’il s’agit de cette dernière (dont, en effet, la qualité est affectée par les pluies), on peut dire : gestion des eaux par temps de pluie. Sinon : gestion de l’eau de pluie.

 

   « Rassurez-vous, cet été, il sera possible de se baigner en toute quiétude... » La virgule après « cet été » (pourtant à l’endroit d’une pause à l’oral) n’a pas lieu d’être.

 

   Pour en finir avec la page 2, des espaces et des articles : « Au final beaucoup d'élèves ont reçu une mention acceptable...mais avec une annotation " peut mieux faire ". » • Espace après les points de suspension, mais jamais à l’intérieur des guillemets droits dits "américains". • Avant « annotation », c’est un article défini qui convenait. (On lira avec intérêt cette note des correcteurs du Monde.fr sur l’abus de l’article indéfini.) Mention acceptable… mais avec l’annotation "Peut mieux faire".

                                                                        

   Labels : Vocabulaire, AccordsOrthographe.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 10:45

Émersion d’un avion allemand au large du Kent

 

   « Il y sera aspergé quasiment en continu d'un liquide spécial pour le débarasser progressivement du sel. » Un moyen mnémotechnique : "Deux R et deux S ne sont pas trop embarrassants." Embarrasser, débarrasser.

 

   « Dès sa sortie, l'avion a été posé sur une barge puis les "sauveteurs" se sont affairés à l'arroser pour qu'il ne prenne pas mal, et à séparer les ailes de la carlingue pour faciliter le transport. » • Virgule inutile au début. • « Pour qu’il ne prenne pas mal » est un barbarisme. On pourra dire, en restant aussi vague : pour qu’il ne se détériore pas, pour qu’il ne soit pas endommagé, abîmé, dégradé, altéré…

 

   « Deux tunnels, sorte de serres géantes, y ont été spécialement conçus et installés pour accueillir les restes de cet avion septuagénaire. » « Sorte » doit être au pluriel. Ils sont chacun une sorte de serre ; ils sont deux sortes de serres. Deux tunnels, sortes de serres géantes.

 

   « C'est le seul exemplaire de cet avion découvert à ce jour sur le millier qui a été construit par les Allemands pendant la guerre. » « Le millier qui a été construit » est un peu fâcheux. La difficulté est d’éviter la répétition d’exemplaire. C’est le seul avion de ce modèle découvert à ce jour, sur le millier d’exemplaires construits par les Allemands.

 

   Pour en finir avec la page 2, vraisemblablement une erreur : « Le ministère de la Défense anglais n'a pas pris en charge sa sauvegarde car aucun corps ne reposait à l'intérieur, deux des quatre Allemands ayant eu le temps de s'extraire après l'amerrissage sur le banc de sable de Goodwin ; les deux autres corps furent ramenés à terre par la marée. » Après le crash ils auraient eu tout le temps de s’extraire, en effet, mais… sans doute pas la possibilité ! Deux des quatre Allemands ayant eu le temps de s’éjecter avant l’amerrissage. (Et avant d’être capturés.)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La faute de l'édito de la maire & Nord LittÉral - La faute de la page 2 - Depuis 2008.
  • : 1 jour, 1 journal, 1 page, au moins 1 faute corrigée !
  • Contact

Légende

Les citations du journal sont copiées entre guillemets en caractères noirs et gras :

« Citation »

• Mes propos sont en gris. La correction proposée est en caractères verts et gras.

Recherche Mot Clé...